FAQ

Nous répondons à toutes les demandes sans qu’il soit nécessaire d’être adhérents.

L’adhésion est par contre requise pour:

  • participer à l’un des séjours proposés au départ de Bretagne
  • accéder aux codes promo de nos organismes partenaires afin de profiter de remises exclusives -en fonction du programme que vous choisirez.

…et elle est aussi encouragée si vous souhaitez tout simplement nous soutenir dans nos actions!

Même si l’immersion totale est le meilleur gage de progrès, aucune formule de séjour n’est à proscrire selon nous.

Au delà des variations budgétaires, les multiples possibilités de partir proposées par les organismes au fil des pages de leurs brochures correspondront chacune à un profil d’ado, à un moment donné de son parcours, en fonction de sa personnalité et de son âge, de ses motivations – ou de ses craintes.
L’important est d’être bien conseillé sur le choix d’un séjour pour qu’il soit en meilleure adéquation possible avec les attentes du jeune et le budget des parents.

Les prix fixés par les organismes sont libres et extrêmement variables. Il faut généralement compter entre 1500€ et 2500€ pour 15 jours en formule classique (15h de cours + activités). De nombreux paramètres feront la différence : la destination, le nombre de cours, la ville de départ et de séjour, le type d’hébergement, la période, les options thématiques… Et la marge légitime – plus ou moins généreuse- que s’octroie l’organisme.

Pour un trois semaines d’immersion aux États-Unis l’été il faudra prévoir entre 2500€ et 3500€, tandis qu’un mois l’été en Australie vaudra plutôt entre 3500 et 5000€.

Les séjours avec cours particuliers et/ou choix ciblé d’options (sportives par exemple) seront plus onéreux, de même que les séjours avec hébergement en résidence.

A savoir : un séjour long sera proportionnellement plus avantageux qu’un séjour court.

Un conseil: attention aux offres trop alléchantes qui pourraient cacher des surcoûts peu clairement énoncés. Bien comparer les formules proposées d’un organisme à l’autre à PRESTATIONS ÉGALES: nombre exact de nuits sur place, voyage inclus ou pas (y compris le  pré-acheminement si nécessaire, et les transferts une fois sur place) et accompagné ou non, volume horaire total des cours d’anglais ? …

Il y a malheureusement peu d’aides possibles dans le domaine des séjours linguistiques.

A savoir: les chèques vacances sont souvent acceptés comme moyen de paiement, ce qui peut permettre d’alléger (un peu) la facture.

Une autre piste : se renseigner auprès de la CAF car il peut y avoir des aides -sous forme de « bons vacances »- calculées en fonction du quotient familial.

Les enseignants de l’Éducation Nationale, de même que les agents de l’État plus généralement, peuvent prétendre à des remises sur certains séjours -nous contacter pour plus d’infos.

Il est également possible de solliciter sa mairie pour une aide éventuelle, et pourquoi pas impulser l’idée de séjours linguistiques pour faire naître une offre similaire à celle des camps et colonies habituellement proposés par les services jeunesse. Renseignez-vous auprès de votre commune; nous sommes à votre disposition pour construire des projets en ce sens si votre mairie est partante.

Les Comités d’Entreprise offrent parfois de belles opportunités de séjours et des aides possibles à leur salariés (à ce sujet si votre CE souhaite promouvoir une offre locale de séjours linguistiques, nous pouvons tout à fait envisager une collaboration afin de proposer des formules «Made in Brittany» avec la garantie de moindres coûts et des départs possibles de Rennes, Roscoff ou St Malo).

1/ En profitant de remises auprès des organismes

Beaucoup d’entre eux proposent en effet des réductions tarifaires intéressantes:
en s’inscrivant tôt par exemple (“early booking”), en s’inscrivant à deux, ou bien pour un deuxième séjour…
Dans certains cas le tarif sera plus avantageux en partant à certaines dates, notamment lors des petites vacances.
A la marge, il peut y avoir des offres de dernière minute sur les séjours où il reste encore des places -mais elles sont rares et assez discrètes (notre association peut vous en relayer) et il faut alors être très souple quant aux dates.

Nous vous conseillons de contacter les organismes pour évoquer ces questions avec eux, ou mieux, de les rencontrer directement, notamment lors des réunions & forums que nous organisons.

Pour rappel: certains organismes octroient également des réductions exclusives à nos adhérents; 5 % sur un séjour à 3000€ par exemple (avec un code à préciser lors de l’inscription) et c’est déjà une bonne économie de 150€.

2/ En justifiant d’une inscription en nombre

Difficile d’obtenir une remise en s’inscrivant en solo, mais en regroupant les inscriptions il peut être possible de négocier un tarif.

Nous le constatons notamment au niveau des frais de transport: en partant à plusieurs il sera plus économique de partager les transferts sur place, tandis que les compagnies aériennes et maritimes nous concèdent un tarif de groupe avantageux à partir de 10 inscrits.
Nous proposons ainsi de belles opportunités d’inscriptions groupées vers l’Angleterre à toutes périodes – et parfois aux USA pendant les petites vacances.

=> Plus nous compterons d’adhérents, plus nous aurons de poids pour réduire encore le coût des séjours. 

3/ En s’inscrivant directement auprès de prestataires à l’étranger

C’est un autre axe que nous avons choisi de développer, en sélectionnant pour vous des prestataires directs -principalement en Angleterre, mais aussi en Espagne.
Nous vous aidons dans le choix de celui qui vous convient le mieux; vous n’avez plus qu’à vous inscrire ensuite en direct, profitant ainsi des “vrais” prix de séjours: sans organisme intermédiaire.

L’adhésion du jeune est primordiale: on peut inciter son enfant à partir, mais il ne faut pas le forcer. Sans motivation, les effets seront minimes voire contre-productifs.

Si votre ado est réfractaire, mettez le en contact avec des jeunes qui sont eux-mêmes partis (nous pouvons vous y aider grâce à notre réseau d’adhérents) et venez rencontrer les organismes lors des salons et forums : les professionnels ont l’habitude, et à l’écoute de leurs conseils votre enfant aura peut-être un déclic ou un coup de cœur sur une proposition.

Pensez également que tous les jeunes ne sont pas prêts d’emblée pour l’immersion totale: si quelques-uns sont parfois capables de partir 10 mois à l’étranger dès 14 ans, la majorité d’entre eux aura besoin d’y aller étape par étape. Communiquer en anglais ne doit pas être vécu comme une contrainte, à fortiori en période de vacances. Alors si l’envie première est de partir avec d’autres français, en résidence et avec un.e ami.e, alors: « Go ! » ; il y aura assurément des bénéfices, y compris linguistiques.
Les premiers séjours permettent souvent de “mettre le pied à l’étrier”, de gagner en confiance et de prendre goût à la langue. Le palier suivant sera ensuite possible : l’immersion totale -qui reste le meilleur gage de progrès- et pourquoi pas l’envie de partir un trimestre, un semestre ou même une année entière, pour une aisance en langue garantie au retour.

Pour LES JUNIORS on conseillera de premières expériences qui soient ludiques et divertissantes, en limitant dans un premier temps l’éloignement géographique.

L’objectif sera de donner vie à l’anglais auquel ils sont initiés en classe, et surtout de donner goût à cette langue qui sera alors perçue comme réellement « vivante » au contact de locuteurs natifs.

Privilégier de courts séjours pour commencer, et de préférence ni seul ni en famille d’accueil: un « mini stay » avec d’autres enfants de son âge, quelques jours en résidence et pas trop loin de chez soi. C’est par exemple ce que nous proposons l’été en Bretagne aux plus jeunes.

Une aventure plus dépaysante sera ensuite possible : sortir du cocon familial pour vivre en collectivité un séjour rempli d’activités, sur une durée plus longue et pourquoi pas de l’autre côté de la Manche, pour une expérience d’ouverture culturelle où la langue sera vécue en contexte plus authentique.
Quelques cours ou ateliers d’anglais viendront avantageusement agrémenter le séjour, à travers une pédagogie ludique faisant une part belle à l’oral.

A savoir : ces premières étapes ne sont pas indispensables à un séjour linguistique programmé ensuite à l’âge collège ou lycée – les 1ers départs se faisant généralement entre 12 et 14 ans- mais si l’enfant est partant et suffisamment autonome, et que le budget des parents le permet, ces premières aventures linguistiques le mettront en confiance et le prépareront à de futures immersions.

Une autre idée qui pourra permettre d’associer les plus jeunes aux plaisirs des découvertes culturelles et linguistiques : LE SEJOUR EN FAMILLE.

Certains organismes commencent à le proposer, vers différentes destinations et généralement en écoles de langue : tous les membres de la famille (ou bien les enfants seulement) prennent des cours d’anglais le matin -chacun dans son groupe de niveau- tandis que les après midis sont dédiés à la détente : activités et visites partagées en famille, ou bien temps libre pour les parents (ou grands parents ) pendant que les enfants profitent du programme établi par l’école au contact d’autres jeunes de leur âge. L‘hébergement sera lui aussi à la carte : en famille d’accueil, en appartement ou à l’hôtel, et permettra des soirées agréablement passées ensemble.

Il s’agit là d’une excellente idée !

Pour en limiter le coût, privilégier une réservation directe auprès de l’école de langue sur place (nous avons d’excellentes adresses à vous conseiller).

Et pour agrémenter son séjour d’une météo ensoleillée à coup sûr, opter pour une destination au soleil : pourquoi pas Malte ou même …l’Espagne, où nous avons un bon plan sur la côte andalouse: un « English summer camp » destiné aux juniors (oui, oui, on peut apprendre l’anglais en Espagne!..).

On peut tout à fait partir à l’étranger à l’âge adulte et se perfectionner ou se remettre à l’anglais seul, en couple ou entre amis, et ce à tout âge.

Les actifs peuvent opter pour des formules “BUSINESS ENGLISH“, afin de se former à l’anglais professionnel, et pourront même  utiliser un CPF (Compte Personnel de Formation), à condition de bien choisir son prestataire (=>nous pouvons vous conseiller sur ce point). 

Certaines écoles de langue proposent également des formules “CLUB 50“, ou “SENIORS“, pour tous les convaincus de l’adage japonais selon lequel “on commence à vieillir quand on finit d’apprendre”!
Ces séjours semblent avoir le vent en poupe et cela se comprend; ils ont l’avantage de mixer cours d’anglais avec un programme d’activités culturelles riche: des sorties à thème (œnologie ou gastronomie par ex) et des balades & excursions touristiques, pour être sûrs de profiter pleinement de la région choisie.
On peut ainsi avoir envie de découvrir les charmes de l’Irlande, de vivre à l’heure anglaise ou bien de miser sur une destination soleil comme Malte ou l’Andalousie.

Bon à savoir :
Les formules avec COURS PARTICULIERS, même si elles sont beaucoup plus onéreuses, peuvent aussi  s’avérer pertinentes pour un séjour adulte => les formules  “OTO”  (= en face à face avec un prof chez lequel on est hébergé et qui dispensera des cours sur mesure) et “TTO” (= même formule mais en partant à deux).

séjours en groupes

Il s’agit d’un grand classique des séjours linguistiques, et d’une “valeur sûre”:
des cours d’anglais le matin (15h par semaine pour la version standard) puis des activités variées l’après midi, éventuellement suivies de sorties additionnelles en soirée. Le tout en pension complète, avec un hébergement au choix: en résidence ou en famille d’accueil.

Ce type de séjour est particulièrement intéressant pour une première expérience car il allie progrès en langue et découvertes récréatives au sein d’un groupe, donc dans un cadre rassurant : un excellent cocktail de vacances à la fois utiles et agréables, à proposer pour mettre en confiance et donner l’envie de repartir.
Cette formule sera ainsi parfaite pour des collégiens souhaitant découvrir l’Angleterre ou l’Espagne. 
Mais elle conviendra aussi très bien aux lycéens à condition de choisir le bon prestataire, qui pourra garantir un mélange de nationalités au sein des groupes (lors des cours + des activités), afin de limiter la communication entre français et de favoriser l’ouverture culturelle.

Bon à savoir:
— Nous proposons principalement cette formule en Angleterre sud, avec des départs depuis Saint Malo, et dans une moindre mesure en Irlande et en Espagne. 
–Les séjours sont le plus souvent “multi activités” (ateliers, sorties culturelles ou sportives + excursions & visites touristiques) mais il est aussi possible d’opter pour des séjours à thème: anglais + foot / anglais+théâtre / anglais + surf / anglais+expérience solidaire…
— Un test de placement est réalisé en début de séjour puis un certificat attestant des progrès est généralement remis en fin de séjour (à conserver précieusement pour assortir à un CV).

Conseils :
— Demander à l’organisme le programme (ou un programme-type) afin d’évaluer la qualité et la diversité des ACTIVITES proposées.
— S’assurer que les COURS (d’anglais général) sur place soient bien dispensés en petits groupes, par niveaux de langue, et surtout par des professeurs anglophones natifs, diplômés et expérimentés. 
— A partir du lycée, privilégier des cours intensifs: 20 ou 21h par semaine plutot que 15.

En famille d’accueil

Choisir de loger chez l’habitant (« homestay ») est le meilleur moyen de s’immerger dans la vie quotidienne et la culture locale, et de communiquer de manière authentique. L’idéal est de séjourner seul, mais pour les plus jeunes ou moins confiants, on conseillera d’être à deux au sein de la même famille. Il n’est pas rare que plusieurs participants soient logés sous le même toit, surtout en Grande Bretagne, avec des conditions qui varient.

Nous conseillons de bien se renseigner en amont : si l’accueil est multiple, de quelle nationalité seront les autres étudiants ? En fonction des souhaits, y a t-il la garantie d’être seul francophone ou au contraire d’être logé avec un camarade ? La chambre sera t-elle individuelle ou partagée? Si le jeune ne se sent pas bien dans sa famille, à qui peut-il en parler et qui pourra traiter le problème ?… Des questions importantes à poser avant le départ si l’on veut éviter les mauvaises surprises.

 

En centre résidentiel

Nombreuses sont les propositions d’hébergement au sein de magnifiques résidences, écoles privées ou campus qui bénéficient généralement de superbes infrastructures, dans un cadre très sécurisé. Les cours s’y déroulent le matin tandis que l’après midi est consacré aux activités de loisirs, personnalisables en option. Le programme inclut des soirées animées (karaokés, jeux, soirées à thème…), l’encadrement étant assuré par du personnel qualifié présent 24h/24.

L’hébergement “résidentiel” présente de bons atouts : pour les (plus) jeunes dont c’est le premier séjour et qui ne sont pas prêts pour l’immersion en famille, pour les plus grands qui apprécieront de partager cours, repas et activités avec des participants venus des quatre coins du monde (espagnols, chinois, italiens…), tout comme pour les parents, qui apprécieront le côté sécurisant de ces séjours très cadrés.

A savoir: un hébergement en résidence coûtera plus cher qu’un accueil en famille.

Conseil:
privilégier les séjours avec une ambiance qui soit la plus internationale possible, en interrogeant l’organisme sur le pourcentage de jeunes français parmi les différentes nationalités représentées.

Les familles sont sélectionnées par les partenaires sur place.
Il peut s’agir de couples actifs avec ou sans enfants, de retraités ou de personnes seules; sans qu’aucun profil ne garantisse à priori un meilleur accueil qu’un autre.

Ces familles sont toutes indemnisées en Irlande et en Grande Bretagne, au contraire de l’Australie, la Nouvelle Zélande et les États-Unis où elles sont majoritaierement bénévoles.

Il est vrai que certaines familles anglaises (dans de grandes villes notamment) ne donnent pas toujours entière satisfaction, sans doute plus motivées par le rendement lucratif que par l’envie d’accueillir chaleureusement leur hôte, ce qui engendre une méfiance légitime de la part des parents.
Pour autant, il reste de très nombreuses familles défrayées qui s’impliquent positivement dans leur accueil, et nous en avons heureusement la preuve au travers de nos séjours en Angleterre. Les organismes sérieux sont attentifs à cette question; il leur appartient de garantir que les familles qui n’auraient pas été à la hauteur des attentes ne puissent plus faire partie de leurs programmes.
C’est un point sur lequel notre association est très vigilante dans le cadre des prestataires sélectionnés.

Séjours en immersion

Le principe est simple: partager jour après jour la vie d’une famille anglophone. 
Un “bain” linguistique et culturel intégral, qui sera bénéfique si le jeune est réellement ouvert et motivé pour communiquer en anglais au contact de ses hôtes.

Nous recommandons ces immersions sans cours ni intégration scolaire :
aux États-Unis l’été pendant 3 à 4 semaines, avec la possibilité d’ajouter des visites ou circuits touristiques -en fonction de la région & formule choisies.
en France pendant les petites vacances -pour 1 semaine (voir plus bas).

Budget à prévoir : difficile à indiquer car très variable selon les options et prestataires sélectionnés. Nous pourrons vos aiguiller vers des organismes spécialisés, et vous conseillons de bien comparer.

 

La bonne idée: il est aussi possible de rester en France et de séjourner dans une famille anglophone. 

=> avantages : une exposition à la langue garantie et intensive (quel que soit l’âge du participant: de 7 à 77 ans), un faible éloignement géographique et un coût de voyage limité  + le privilège de pouvoir choisir sa famille d’accueil, avec la possibilité d’ajouter en option des activités à thème (équitation, ski…) de même que des cours (particuliers ou en mini-groupe)
=> inconvénient : il manquera l’expérience d’immersion culturelle dans un pays étranger.

Les formules avec cours sur mesure sont très chers mais offrent les progès les plus efficaces, sur une courte durée (1 à 2 semaines).

LES COURS PARTICULIERS

Les cours sont dispensés par un/des professeurs natifs, diplômé(s) et expérimenté(s). Ils sont plus ou moins intensifs (10 à 30 heures par semaine) et peuvent en option être ciblés en fonction des besoins : anglais général, anglais professionnel, préparation d’un examen spécifique…

Public : jeunes de tous âges, étudiants, adultes et séniors.

Durée : Une à deux semaines généralement / séjours possibles à toutes périodes et vers de multiples destinations.

Hébergement: en famille hôtesse.

A savoir :  

  • Le professeur sera, ou pas, l’un des membres de la famille d’accueil : s’il n’en fait pas partie il se déplacera au domicile de la famille pour assurer les cours.
  • Le prix pourra varier en fonction de l’âge du participant, du nombre d’activités prévues et de la localisation de la famille (prévoir un surcoût par exemple à Londres ou Bristol par rapport  à des villes comme Manchester ou Cardiff).
  • Le voyage jusqu’à la famille est généralement à additionner au prix du séjour. En fonction de son âge, le participant devra être accompagné (notre association peut organiser cette partie transport à certaines dates, avec l’avantage de conditions & tarifs avantageux). 
  • Les familles d’accueil sont triées sur le volet et leur implication est optimale. Les partenaires que nous avons choisis proposent un profil de famille, avec photos et présentation, avant tout engagement. Il peut même y avoir (en période “creuse”, hors été) la possibilité de choisir sa famille d’accueil parmi plusieurs profils.
  • On peut ajouter une option sport ou loisirs : tennis, golf, basket, escalade, équitation, aviron, voile, surf… ou encore cuisine, danse, et même yoga et fitness -pour les adultes.
 

Deux possibilités pour les cours particuliers :

 
EN SOLO = la formule “ONE TO ONE”
(= 1 professeur pour 1 élève)

En formule “OTO” le participant (adulte ou jeune) est en face à face avec son professeur pour des cours totalement sur mesure. Du 100 % immersion: la formule de séjour la plus onéreuse, mais aussi la plus efficace en terme de progrès linguistiques.

 
EN DUO = la formule “TWO TO ONE”
(= 1 professeur pour 2 élèves)

La formule “TTO” permet de partir avec un ami ou collègue de niveau d’anglais similaire afin de partager à la fois le voyage, les cours et l’hébergement sur place: un coût de séjour diminué et l’assurance conservée d’une très forte rentabilité linguistique. 

Une option intéressante proposées par l’un de nos organismes-partenaires :
la “separate accomodation” = partage des cours à deux, mais hébergement distinct dans deux familles d’accueil différentes, de façon à garantir un moindre coût d’enseignement tout en préservant une exposition linguistique maximale.

 

LES COURS INTERNATIONAUX

Public : lycéens de plus de 16 ans + étudiants et adultes souhaitant une remise à niveau ou un perfectionnement.
Lieu: en écoles de langues spécialisées dans l’apprentissage de l’anglais, dans de nombreux pays.
Hébergement: proposé par l’école (en famille d’accueil ou en résidence) ou laissé libre (en hôtel ou location : réservation à effectuer par le participant).

Avantages :

  • Une formule moins chère que les précédentes (cours particuliers),
  • Des cours aux méthodes d’enseignement très appréciées, à effectifs réduits et à intensité variable : 15h à 30 heures par semaine.
  • Un « social program » organisé par l’école tous les jours et à la carte, ce qui favorise à la fois les échanges & rencontres avec les autres étudiants + la découverte culturelle & touristique de la région.
  • Un contexte international et un brassage culturel au contact de participants de toutes langues venus du monde entier.
  • Des spécialisations possibles quant au contenu des cours : préparation à différents examens (certifications Cambridge, IELTS …)

NOTRE SÉLECTION :

Les écoles que nous conseillons sont labelisées et accréditées par les organismes officiels de contrôle, notamment le British Council.
Elles se trouvent en ANGLETERRE et en ESPAGNE.
Certaines d’entre elles nous ont été recommandées par des professeurs d’anglais qui les connaissent et y envoient leurs élèves. Nous nous rendons nous-mêmes régulièrement en Angleterre afin d’affiner et d’étoffer cette sélection: visite et rencontre des équipes, interview des étudiants sur place et vérification de la qualité des prestations (emplacement, installations, enseignement, activités proposées…). Notre cahier des charges est exigent et nous permet de garantir l’expertise de ces écoles, confirmée par les retours que nous en font régulièrement nos adhérents.

Budget à prévoir : entre 500€ et 600€ /semaine en Angleterre (hors Londres), hébergement inclus.

Rappel: les prix que nous vous transmettons sont transparents et nous ne les margeons pas: ils correspondent aux tarifs officiels des écoles, à retrouver en ligne sur leur site internet (parfois même remisés à l’intention de nos adhérents).

 
Localisation de nos écoles-partenaires en Angleterre :
 
 
1/ durant l’année scolaire

Dans les pays anglophones de notre hémisphère, il ne sera pas possible d’intégrer un établissement scolaire l’été, puisque les élèves sont  en grandes vacances tout comme nous à cette période, mais on pourra envisager un départ durant l’année scolaire française: soit pendant les petites vacances, soit en toute fin d’année scolaire de 4ème ou de 2nde -à condition d’avoir l’accord de l’établissement scolaire.

Destinations anglophones possibles (selon l’âge et l’organisme):
=> pour 1 à 2 semaines: Grande Bretagne  (Etats-Unis)
=> pour 1 à 2 mois: Grande Bretagne / Canada / (Etats-Unis).

2/ pendant l’été 

Les séjours-scolarité en période estivale ne sont possibles que dans les destinations de l’hémisphère sud : Australie, Nouvelle Zélande (et Afrique du Sud). En effet les saisons -et donc les grandes vacances- étant inversées par rapport aux nôtres, les élèves de ces pays sont en pleine année scolaire en juillet/août.
Un atout de taille, en particulier pour nos élèves français de 3ème et de 1ère qui souhaiteraient profiter d’une expérience d’immersion familiale et scolaire malgré la contrainte des examens de fin d’année.
Vu l’éloignement géographique de ces destinations et les frais de transport conséquents, on conseillera d’y séjourner 4 semaines minimum.

 

programmes scolarité longue durée

15/18 ans : c’est l’âge idéal pour les séjours longue durée à l’étranger.

Passé la majorité, les possibilités de scolarisation à l’étranger deviennent plus restreintes et les autres solutions (telles que les études universitaires ou écoles de langue) sont souvent plus onéreuses.

Pour les collégiens et lycéens prêts au grand saut, ces immersions longues sont le plus souvent de réels “boosters” de construction personnelle. Outre le gain linguistique évident, le bénéfice culturel et humain est indéniable : de quoi faire briller son futur CV mais avant tout gagner en maturité et s’enrichir de découvertes au contact des autres.

Quand partir ?
Pour un jeune motivé au départ on conseillera plutôt de viser :
la fin de 3ème ou de 2nde pour un séjour d’un an,
la fin de 2nde pour un trimestre ou un semestre à l’étranger.

 

Bon à savoir :

— Pour les 16/20 ans qui souhaiteraient bénéficier d’études spécialisées plutôt que d’une filière d’enseignement général, il existe des solutions pour effectuer son immersion scolaire dans un établissement préparant à différents métiers dans de nombreux domaines tels que la mécanique, l’informatique, la robotique, l’hôtellerie, le tourisme, les arts appliqués… Une belle opportunité d’acquérir un excellent bagage linguistique mais aussi des connaissances et compétences à faire valoir dans son parcours d’études.

— Il est également possible de compléter son séjour par la préparation d’un DUAL DIPLOMA : un double bac français/américain.
=> plus d’infos sur demande.

C’est une évidence : plus le séjour sera long, plus les bénéfices seront grands -personnels, culturels et linguistiques.

Un jeune qui revient d’une année en pays anglophone sait mener une conversation naturellement, sans transiter mentalement par sa langue maternelle. Cette aisance linguistique sera incontestablement un atout de taille pour la suite de ses études et pour de futures embauches. Elle sera notamment une vraie valeur ajoutée à l’heure des choix d’orientation et des vœux via “Parcoursup”, où l’anglais apparaît désormais comme un critère de différenciation et prérequis indispensable pour de nombreuses formations.
Sans compter qu’une année à l’étranger permet également de mettre en avant des qualités d’adaptabilité, d’ouverture et de maturité qui viendront avantageusement compléter une lettre de motivation ou un CV.

Un regret à ce jour: que l’Éducation Nationale ne reconnaisse pas la valeur du cursus suivi à l’étranger. En l’état actuel des choses, l’Academic Year Program est une année sabbatique qui oblige à reprendre au retour sa scolarité de collège ou de lycée là où elle s’est interrompue. 

En pratique : ces départs “d’un an” correspondent en fait à des séjours de 10 mois, qui s’effectuent généralement d’août à juin.

Une bonne idée :
Effectuer un double programme en un an, en combinant deux destinations: Australie+ Espagne par exemple, ou bien Espagne+ Grande Bretagne -que nous proposons à prix direct-prestataires. L’occasion de revenir en France lors des fêtes de fin d’année, de multiplier les contacts et expériences, et de revenir…”trilingue”!

Plusieurs solutions, en fonction de la classe :

=> en fin de 4ème ou de 2nde seulement

Avantage de ces niveaux : pas d’examens à passer en juin, et donc la possibilité de partir en fin d’année scolaire -avec l’autorisation préalable de l’établissement scolaire.

  • TRIMESTRE AVRIL/ JUIN :  en GB / États-Unis / Canada.
  • TRIMESTRE JUIN/ AOÛT : vers l’hémisphère sud (Australie / Nouvelle-Zélande / Afrique du sud).
  • SEMESTRE AVRIL/ NOVEMBRE : vers l’hémisphère sud. A savoir: certains organismes proposent un accompagnement pédagogique à distance pour assurer les cours manqués en début de classe de 1ère sur ce type de durée.
=> quelle que soit la classe
  • UN SEMESTRE JANVIER/ JUIN / toutes destinations possibles
    Partir un semestre sur ces dates obligera à reprendre à son retour l’année de lycée entamée.
    Cela peut être une excellente façon de faire un break, pour de multiples raisons. Dans certains cas par exemple un tel semestre à l’étranger pourra faire office de “soupape” salvatrice après une année mal démarrée, notamment lorsqu’un redoublement se profile => partir en séjour-scolarité permet le plus souvent de rentrer “reboosté(e)” pour la suite de son parcours, à la fois personnel et scolaire.
  • UN SEMESTRE SEPTEMBRE /JANVIER / toutes destinations possibles
  • UN SEMESTRE JUILLET / DÉCEMBRE / hémisphère sud
    Pour les très bons élèves un tel semestre pourra permettre un retour en classe en cours d’année, même après un trimestre manqué, à condition que l’établissement scolaire ait donné son accord.

Les programmes scolarité exigent un certain profil, que des critères d’admission définiront précisément en fonction de la destination.

Une vraie motivation personnelle est primordiale. On ne choisit pas de partir loin et longtemps à la légère, ni sur un coup de tête et encore moins pour faire plaisir à ses parents. D’ailleurs, les organismes fiables s’assureront de la réelle détermination du jeune par un entretien individuel préalable à  inscription, et organiseront des réunions afin de compléter la préparation indispensable à la réussite d’un tel séjour.

Il faudra remplir un dossier très détaillé pour s’inscrire, où devra figurer entre autres l’avis des enseignants.
A savoir: un bon niveau d’anglais sera généralement demandé pour les États-Unis -test de langue à l’appui-, tandis que les exigences seront moindres vers d’autres destinations comme l’Australie, la Grande Bretagne ou l’Irlande.

La question de l’âge :

La réussite d’une telle aventure et le moment propice pour s’y lancer dépendront moins de l’âge du participant que de sa personnalité : curiosité, capacité d’adaptation, ouverture d’esprit et désir de communiquer. L’âge minimum conseillé est 15 ans, mais un participant très volontaire pourra partir dès 13 ou 14 ans. Tout dépendra de la destination, du niveau d’anglais et du type d’école intégrée.
Plus le jeune partira tôt, plus il profitera des bénéfices de son séjour au cours de sa scolarité. Certains organismes proposent même des intégrations scolaires aux juniors dès 10 ans en Grande Bretagne: l’occasion d’un apprentissage précoce pour des juniors motivés, avec des conditions d’accueil et d’encadrement adaptées à ce jeune public, et l’avantage de pouvoir rentrer en France au moment des vacances.
Quant à l’âge maximal pour une intégration en lycée, il est souvent de 18 ans et 6 mois au moment du départ, certains pays n’acceptant plus les participants dès lors qu’ils sont bacheliers.

Sur toutes ces questions d’âge et d’éligibilité, un bon organisme saura conseiller avec expertise et répondre au cas par cas.

A savoir : pour la majorité de ces programmes le participant devra se plier aux lois strictes du pays notamment en ce qui concerne l’usage de la cigarette et la consommation d’alcool (= ne pas boire/ne pas fumer durant tout le temps de son séjour).

Une bonne idée : il peut être judicieux si on le peut d’accueillir un jeune étranger en séjour chez soi avant de partir à son tour vivre une aventure d’immersion similaire (voir notre rubrique “Accueillir“).

Les meilleurs offres oscilleront autour de 11 000€ pour une année en programme dit “classique”. 

Les tarifs peuvent varier considérablement d’une destination à l’autre et en fonction des options choisies -notamment du type d’école sur place (publique ou privée). 

Chaque organisme fixant ses prix librement, il est conseillé de bien comparer.

A savoir :
– Plus le séjour est long plus il est rentable d’un point de vue financier (un séjour de 3 à 6 mois sera proportionnellement beaucoup plus cher qu’un 10 mois), car la majorité des coûts sont fixes.
– La plupart des organismes proposent un étalement possible des versements.

Conseil : un départ groupé à dates fixes coûtera souvent moins cher qu’un départ seul à dates sur mesure (en plus de présenter l’avantage d’être accompagné).

Le coût d’un programme-scolarité se justifie et se répartit de la manière suivante :

les frais de fonctionnement de l’organisme en France (loyers & frais de bureau, déplacements, salaires et charges, communication & publicité…), les frais liés au voyage (avion aller/retour, vols intérieurs, accompagnements & transferts vers les familles d’accueil), les assurances souscrites, les frais de préparation des candidats (entretiens, séminaires préparatoires avant le départ, “orientation meetings” à l’arrivée…), et les frais liés au pays d’accueil (coûts liés à la scolarité sur place, supervision du séjour et frais de structure des partenaires : recherche et suivi des familles-hôtesse, déplacements et visites aux jeunes …).

Nous pouvons vous communiquer de bonnes adresses d’organismes afin de vous aider dans votre réflexion mais attention: comparer les offres pour une même destination & période ne suffira pas; il faut aussi se poser les bonnes questions, notamment:

  • Comment s’organise le voyage aller/retour? est-il accompagné ? si oui : sur tout le trajet ou en partie seulement ?
  • Des réunions ou “séminaires” préparatoires, pour les jeunes et les parents sont-ils prévus ?
  • Est-on aidé pour la constitution du dossier ?  A-t-on un interlocuteur attitré, avec qui échanger facilement et de vive voix ?
  • Un choix d’options est-il proposé, et clairement explicité?
  • Y a-t-il un “orientation meeting” à l’arrivée dans le pays de destination et si oui:  où et sous quelle forme ?
  • Qui assure le suivi sur place ? A qui le jeune doit-il s’adresser en cas de difficultés?
  • Peut-il y avoir d’autres français dans la même école ? dans la même classe ?…
  • Y a t il un numéro d’urgence que les jeunes -comme les parents- peuvent utiliser ? (et fonctionne-t-il réellement 24h/24?…)
  • Est-on épaulé pour la partie formalités ? (visas & autres …)
  • Quelles garanties financières et contractuelles sont prévues ?
  • Quelles assurances sont inclues ?…

Autres points de vigilance:

— vérifier que l’organisme soit bien affilié à l’OFFICE ou à l’UNOSEL : les deux principales fédérations professionnelles répertoriées en France, qui ont professionnalisé l’activité des séjours linguistiques en labellisant les organismes et en garantissant une charte de qualité et de sérieux que chacun des membres s’est engagé à respecter, et que des audits réguliers permettent de contrôler.
=> C’est une vraie sécurité: en cas de problème ou de litige, leurs garanties incluent la possibilité de lancer une procédure de médiation, réunissant fédérations de parents d’élèves, associations de consommateurs et organisateurs de séjours.

— ne pas donner trop d’importance  aux forums de discussion et réseaux sociaux: on y trouve parfois tout et son contraire, sans être sûrs de la véracité des témoignages déposés ou des faits relatés. Cela pourra donner une tendance mais ces avis ne sont pas forcément fiables et il n’y aura jamais d’unanimité.

NOTRE AVIS :

La plupart des organismes sont très professionnels et proposent des prestations de qualité avec le réel soucis de tout mettre en œuvre pour la réussite du séjour des participants, mais leur force et leur fiabilité se mesureront réellement une fois les jeunes en séjour, en terme de suivi et d’accompagnement.
Car ce serait mentir de leur part que de promettre un séjour idyllique, sans aucune ombre au tableau une fois sur place.
Les séjours longs peuvent en effet comporter des phases en dents de scie et parfois même des épreuves à surmonter. Il faut s’attendre à un cocktail d’émotions et de découvertes mais pas forcément d’emblée à un “séjour de rêve”: il y aura des temps forts mais peut-être aussi des temps morts, des souvenirs inoubliables mais aussi potentiellement des déceptions ou des coups de blues. Il faut en avoir bien conscience avant de se lancer.
De même, si l’on décide d’un pays, on ne détermine généralement pas précisément sa ville ou sa région d’accueil ni un établissement scolaire en particulier -sauf en option et avec surcoût. L’organisme ne promet pas la découverte touristique d’un pays mais la découverte d’une culture et d’une langue de l’intérieur, au sein d’une famille qui aura à cœur de communiquer et de faire partager son quotidien.

Attention donc à bien définir ses objectifs et ne pas se méprendre sur les attendus.
L’essentiel sera d’être bien accompagnés tout au long de la préparation puis du séjour, et que l’organisme reste à votre écoute, avec la garantie d’une (ré)action efficace en cas de besoin, à tout moment.

RAPPEL
Des remises exclusives sont accessibles à nos adhérents pour ce type de programme, sous forme de codes-promo. N’hésitez pas à nous contacter pour des infos plus détaillées, pour tout projet de séjour long à l’étranger.

Certains organismes prennent en compte les aspirations personnelles du participant en proposant par exemple :

  • Des options géographiques , notamment pour les États- Unis : choix d’une région, d’un état ou d’une grande ville.
  • Le choix d’un lycée : parmi toute une gamme d’écoles (privées ou publiques) sélectionnées par l’organisme et ses correspondants locaux.
  • Le choix de matières, de sports ou d’activités sur place.
  • Un cursus spécifique (A-levels, International Baccalaureate, préparation d’une certification …).

Les séjours en pensionnats

En Irlande, Grande Bretagne ou aux États-Unis, on peut aussi faire le choix d’un hébergement en “boarding schools”: des écoles en internat qui bénéficient d’une excellente réputation et forment la « crème de la crème » du système anglo-saxon: excellence de l’enseignement, infrastructures hors-pair, activités à foison et cadre de vie privilégié. Une éducation d’exception qui a un coût : 18 000 à 25 000€ l’année.

Bon à savoir :
— ces séjours en internat sont accessibles dès l’âge de 12 ans en Irlande et en Grande Bretagne.
— l’inscription en boarding school permet le choix de la destination, des matières enseignées ainsi que des sports pratiqués.
— ces écoles n’acceptent bien souvent qu’un nombre très limité de participants ; il faut donc en général s’inscrire tôt.

Stages et études SUPéRIEURES

Il existe un vaste panel de possibilités pour partir après 17 ou 18 ans : stages et jobs, chantiers internationaux, bénévolat & volontariat, études, formules au pair…

Pour une mine d’informations sur ces sujets, nous recommandons un site fort bien fait par le Centre d’Information Jeunesse Bretagne: www.enroutepourlemonde.org, qui regorge de conseils utiles dans de nombreux domaines, y compris: les hébergements, les dispositifs d’aides et ressources d’informations, la législation et les formalités (santé, visas…), ainsi que les accompagnements possibles (CV, candidature…).
On y trouve aussi de nombreux liens utiles et de bonnes adresses en Bretagne, avec notamment des infos sur les programmes ERASMUS, et surtout des témoignages de jeunes à foison pour trouver des idées et affiner son projet.

En complément, nous pouvons vous proposer d’excellentes pistes via des organismes en France ou à l’étranger, que votre recherche concerne une école de langue à l’étranger, une expérience solidaire en Angleterre, un séjour au pair, un stage, ou bien un départ pour un an en Australie grâce au WWOOFING ou au WHV (“working holiday visa”).

Pour ceux qui souhaitent poursuivre leurs études à l’étranger, dans le cadre d’une GAP YEAR ou bien d’une FORMATION DIPLOMANTE en pays anglophone (USA, GB, Canada), nous avons sélectionné pour vous les meilleurs spécialistes de ces questions.

Tout dépendra du projet et du budget de chacun. N’hésitez pas à nous contacter pour en discuter.

Une “GAP YEAR” est une année de CESURE : une pause, un temps où l’étudiant met en suspens son parcours académique.
Autrefois mal perçue ou mal comprise, l’année de césure est désormais reconnue, et intégrée au processus Parcoursup. 
Elle peut se prendre juste après le bac ou alors plus tard, au sein même d’un cursus d’études ou bien entre deux diplômes. 

La Gap Year se déroule généralement à l’étranger, ce qui permet d’apporter une dimension internationale à son CV : un critère valorisé sur le marché de l’emploi ou dans le cadre d’une poursuite d’études.

Les options possibles sont nombreuses: séjour linguistique, volontariat, école de langue, woofing, séjour au pair, job, stage…
Si chaque expérience a ses avantages propres, toute année de césure permettra d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences, telles que:
— l’amélioration du niveau de langue
— le gain en maturité et en autonomie
— l’ouverture culturelle 
— le développement des “soft skills » : ces “savoir-être” de plus en plus prisés comme la facilité d’adaptation, la confiance en soi, la curiosité, l’audace, la tolérance, la gestion du stress,..

Il n’y a pas de règles imposées pour la Gap Year : il existe autant de césures que de projets. Il est donc important de bien définir ses objectifs, en adéquation avec son budget, et de se faire conseiller par les bons interlocuteurs. 

Nous vous conseillons de contacter les Centres d’Information Jeunesse (CIJ) pour se renseigner sur les aides financières possibles en fonction de la région où vous habitez.

Ainsi par exemple en Ille et Vilaine, les jeunes de 16 à 35 ans peuvent bénéficier d’une bourse d’aide aux mobilités internationale : à solliciter par le biais de l’association Jeunes à Travers le Monde (https://international-jtm.com/bourses/).

Pour un projet d’études supérieures d’un an ou plus dans une université aux USA, au Royaume Uni ou en Nouvelle Zélande nous pourrons vous communiquer des contacts de confiance afin de décrocher une bourse d’études qui couvrira une partie importante des frais en campus universitaire (cours, logement, repas, etc): une belle aubaine, ouverte à TOUS les jeunes entre 17 et 28 ans.

Planifier des études supérieures à l’étranger se réfléchit et s’anticipe dès le lycée.
Le cursus et l’établissement se choisiront en fonction du type de qualification recherchée: les universités (universities) correspondent à un parcours plutôt académique, tandis que les écoles (colleges) proposent des formations plus appliquées préparant à des carrières spécifiques.

Pour trouver la bonne formule en fonction de son âge, son parcours d’études et son projet professionnel, nous conseillons de faire appel à un organisme spécialisé, qui soit expert en admissions post-bac et garantisse un large réseau international d’institutions reputées.

=> nous pourrons vous mettre en lien avec des conseillers qui maitrisent toutes les questions que l’on peut se poser pour un tel projet:

Comment fonctionne le système éducatif du pays d’accueil ?
Comment préparer le dossier de candidature? rédiger une lettre de motivation  convaincante et un CV pertinent?
Quelles sont les attentes des universités ? le niveau de langue exigé? les chances d’admission ? les dates à respecter ? les examens ou concours à passer ?
Quand et où partir? pour quel budget?
Et comment être certain que son diplôme sera reconnu ?…

A la marge, nous pouvons aussi vous proposer des pistes pour bénéficier d’une BOURSE d’études accessible à tous après le bac, valable pour un cursus d’un à trois an en campus anglophone renommé dans l’un des pays suivants: Grande Bretagne, Etats-Unis et Nouvelle Zélande (cf question précédente).

Les programmes AU PAIR et DEMI PAIR sont accessibles à partir de 18 ou 19 ans. Ce sont des séjours culturels et linguistiques qui s’adressent aux jeunes motivés par la garde d’enfants et justifiant d’une expérience dans ce domaine.

AU PAIR:  le jeune est logé dans une famille d’accueil dont il doit s’occuper des enfants (préparation pour l’école le matin, organisation d’activités, aide aux devoirs, assistance pendant les repas, etc.) tout en assurant quelques tâches ménagères basiques (préparation des repas, ménage, linge, etc). En échange, il est logé, nourri, blanchi, et reçoit de l’argent de poche.

A savoir :
— Chaque pays ( en Europe, Amérique ou Océanie) a ses propres critères pour les séjours au pair, tant sur la durée que sur les lois qui régissent ces formes de séjours.
— Il est fortement conseillé de passer par une agence spécialisée pour sécuriser le séjour (=> nous pourrons vous fournir quelques bonnes adresses).
ATTENTION:
Depuis le Brexit les possibilités de séjours au pair en Grande Bretagne sont suspendues : l’Irlande peut être une destination de repli mais les demandes sont nombreuses et le programme est souvent saturé 🙁

EN DEMI PAIR: le jeune n’est pas rémunéré pour ses heures de garde d’enfants au sein de la famille qui l’héberge gratuitement mais il suit chaque semaine 15 à 20 heures de cours d’anglais dans une école de langue – qui assure et facture elle-même le programme & placement.
=> cette formule conviendra aux candidats souhaitant progresser rapidemment en anglais tout en limitant le coût du séjour -même si la rémunération est absente dans ce cadre.

Bon à savoir:
– Les séjours demi pair se font généralement sur la base de 12 semaines minimum
– Nous pouvons vous mettre en lien avec des prestataires proposant cette formule.

Oui!

=> il existe des visas à durée limitée, permettant aux 18/36 ans de travailler l’été aux USA en étant rémunéré, avec un départ au minimum mi-juin et un retour au maximum mi-septembre.

Les zones géographiques couvertes sont très diverses et la formule est très prisée: au delà des bénéfices linguistiques, elle permet une expérience de vie unique, dans un univers professionnel et le plus souvent en contexte international et multiculturel.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’infos sur les conditions et places disponibles.

Si la Grande Bretagne nous a fermé ses portes depuis le Brexit, il existe encore de belles destinations anglophones où partir travailler, de 3 mois à une année:

=> en Irlande -sans besoin d’un visa : en formule JOB + COURS en école de langue 
=> en Australie et Nouvelle Zélande, notamment dans le cadre du WHV (“Working Holiday Visa”) 
=> au Canada : pour des immersions à visées professionalisantes (marketing, vente, business…) par exemple.

Le mieux est de se faire accompagner par des spécialistes de ces opportunités, qui assureront un suivi personnalisé depuis la préparation jusqu’à la concrétisation du projet.
=> plus d’infos sur demande.

Vivre l'anglais © 2019. Tous les droits sont réservés. SIRET : 82168325700017