Contactez-nous au 06 19 48 77 86 ou sur contact@vivrelanglais.com

CONSEILS

L’offre en matière de séjours linguistiques est si vaste qu’il
y a de quoi s’y perdre…

En lien avec des professionnels (organisateurs de séjours, fédérations, centres d’informations jeunesse…) et au travers des témoignages recueillis auprès de parents, professeurs, jeunes et familles, nous avons rassemblé un très grand nombre d’infos en réponse aux multiples questions que l’on peut se poser à l’heure du choix d’un séjour.

Quelques questions/ réponses sont à retrouver en bas de cette page, tandis que la rubrique “PARTIR” liste des propositions concrètes de séjours classés par thème: les séjours en groupe, l’immersion totale, l’intégration scolaire, et les expériences professionnelles.
Si vous souhaitez être contactés pour des conseils & bons plans sur mesure, il vous suffit de compléter le formulaire en lien ci-dessous.
Nous sommes également à l’écoute de vos suggestions et retours d’expérience, n’hésitez pas à nous en faire part !

Je recherche pour l’année prochaine une formule “échange” où ma fille passerait 3 semaines en Angleterre et sa “correspondante” viendrait chez nous 3 semaines également.

échange

J’aimerais partir en immersion totale, sans contacts avec d’autres français.

immersion totale

Je cherche un premier séjour linguistique rassurant et pas trop loin pour mon fils en 5ème.

1er séjour

Faut-il être très bon élève pour partir une année aux Etats-Unis ou en Australie ?

TB pour partir en Australie?

Pour un séjour en immersion totale, les familles hôtesses sont-elles rémunérées? Y a t il moyen de choisir sa famille d’accueil?

familles rémunérées?

Nous avons entendu parler d’opportunités intéressantes via le Rotary Club. Avez-vous des contacts pour se faire parrainer et y avoir accès?

rotary

Je viens d’avoir mon bac; est-il trop tard pour intégrer un lycée américain pendant un an ?

lycée aux US post bac

Mon année de lycée a mal démarré et je pense devoir redoubler; est-ce possible de partir en immersion et de finir mon année scolaire dans un pays anglophone de janvier à juin?

redoublement 2nde

Où suivre des cours de préparation aux certifications Cambridge, afin d’optimiser mon CV dans le cadre de la sélection “Parcoursup” ?

Cambridge certifications

Peut-on (toujours) faire confiance aux famille d’accueil en Angleterre ?

confiance familles

Nous aimerions partir à nous quatre en Angleterre : y a t il des formules spéciales FAMILLE ?

formules famille?

Y-a-t-il des solutions pour les (tout) petits budgets ?

petits budgets

J’aimerais partir 5 mois en immersion à l’étranger entre la seconde et la première.

partir 5 mois

Ma fille fait du cheval; quelles sont les formules conciliant séjour linguistique et équitation?

équitation

Mon fils en 4ème est fan de foot : y aurait-il des formules l’été  “football et anglais” ?

foot

Je viens de terminer mon BTS et cherche une formule intensive pour améliorer mon niveau d’anglais:quelle école de langue me conseillez-vous?

23 ans

Je cherche à partir “au pair” mais je n’ai que 17 ans : avez-vous des solutions?

au pair 17 ans

Quelle radio anglaise conseillez-vous d’écouter pour progresser en compréhension orale?

radio anglaise

Nous avons 17 ans et aimerions apprendre l’anglais au travers d’une expérience en milieu professionnel; faut-il nécessairement être majeurs pour effectuer un stage en Angleterre? Y a t il des bourses possibles?…

stage 17 ans

J’ai entendu parler du “Working Holiday Visa” pour partir en Australie: connaissez-vous des jeunes ayant déjà testé cette formule?

WHV Australie

Vous aider à vous y retrouver !

Notre association ne vend pas de séjours : elle vous conseille et vous met en lien avec les prestataires et organismes, en France comme à l’étranger, en adéquation avec vos attentes. A l’écoute des projets de chacun et des témoignages de nos adhérents, nous cherchons en permanence à étoffer nos bons plans, nos propositions de séjours et nos réponses à vos questions.

Y a t il des formules de séjours meilleures que d’autres ?

Aucune formule de séjour n’est à proscrire selon nous.

Au delà des variations budgétaires, les multiples possibilités de partir proposées par les organismes au fil des pages de leurs catalogues -qui se ressemblent souvent- correspondront chacune à un profil d’enfant, à un moment donné de son parcours, en fonction de sa personnalité et de son âge, de ses motivations – ou de ses craintes.
L’important est d’être bien conseillé sur le choix d’un séjour pour qu’il soit en meilleure adéquation possible avec les attentes du jeune et le budget des parents.

Combien coûte un séjour linguistique ?

Les prix fixés par les organismes sont libres et extrêmement variables. Il faut généralement compter entre 1500€ et 2500€ pour 15 jours en formule classique (15h de cours + activités). De nombreux paramètres feront la différence : la destination, le nombre de cours, la ville de départ, le type d’hébergement, la période, les options thématiques… Et la marge légitime mais plus ou moins généreuse que s’octroie l’organisme.

Pour un trois semaines d’immersion aux États-Unis l’été il faudra prévoir entre 2500€ et 3500€, tandis qu’un mois l’été en Australie vaudra plutôt entre 3500 et 5000€.

Les séjours avec cours particuliers ou choix ciblé d’options (sportives par exemple) seront plus onéreux, de même que les séjours en résidence.

A savoir : un séjour long sera proportionnellement plus avantageux qu’un séjour court.

Un conseil: attention aux offres trop alléchantes qui cachent parfois des surcoûts peu clairement énoncés. Bien comparer les formules proposées d’un organisme à l’autre A PRESTATIONS ÉGALES: combien de nuits exactement sur place? le transport est-il inclus? (y compris le  pré-acheminement si nécessaire), le voyage est-il accompagné? combien d’heures de cours d’anglais y a-t-il au total ? …

Y a t il des aides financières possibles ?

Il y a malheureusement peu d’aides possibles dans le domaine des séjours linguistiques.

Une idée pour alléger un peu la facture: utiliser des chèques vacances comme moyen de paiement car ils sont souvent acceptés.

Une autre piste : se renseigner auprès de la CAF car il peut y avoir des aides (sous forme de « bons vacances ») calculées en fonction du quotient familial.

Les enseignants de l’Éducation Nationale, de même que les agents de l’État plus généralement, peuvent prétendre à des remises sur certains séjours -nous contacter pour plus d’infos.

Il est également possible de solliciter sa mairie pour une aide éventuelle, et pourquoi pas impulser l’idée de séjours linguistiques pour faire naître une offre similaire à celle des camps et colonies habituellement proposés par les services jeunesse. Renseignez-vous auprès de votre commune; nous sommes à votre disposition pour construire des projets en ce sens si votre mairie est partante.

Les Comités d’Entreprise offrent parfois de belles opportunités de séjours et des aides possibles à leur salariés (à ce sujet si le vôtre souhaite promouvoir une offre locale de séjours linguistiques, nous pouvons tout à fait envisager une collaboration afin de proposer des formules « Made in Brittany » avec la garantie de moindres coûts et des départs possibles de Rennes ou St Malo).

Comment réduire le coût d’un séjour ?

1/ En profitant de remises auprès des organismes

Beaucoup d’entre eux proposent en effet des réductions tarifaires intéressantes:
en s’inscrivant tôt par exemple (“early booking“), en s’inscrivant à deux, ou bien pour un deuxième séjour…
Dans certains cas le tarif sera plus avantageux en partant à certaines dates, notamment pendant les petites vacances.
A la marge, il peut y avoir des offres de dernière minute sur les séjours où il reste encore des places -mais elles sont rares et assez discrètes (notre association peut vous en relayer) et il faut alors être souple en termes de dates.

Nous vous conseillons de contacter les organismes pour évoquer ces questions avec eux, ou mieux, de les rencontrer directement, notamment lors des réunions & forums que nous organisons.

Pour rappel: certains organismes octroient également des réductions exclusives à nos adhérents; 5 % sur un séjour à 3000€ par exemple (avec un code à préciser lors de l’inscription) et c’est déjà une économie de 150€.

2/ En justifiant d’une inscription en nombre

Difficile d’obtenir une remise en s’inscrivant en solo, mais en regroupant les inscriptions il devient possible de négocier un tarif.

Nous le constatons notamment au niveau des frais de transport: en partant à plusieurs il sera plus économique de partager les transferts sur place, et à partir de dix participants les compagnies aériennes et maritimes nous concèdent un tarif de groupe avantageux. Nous proposons ainsi de belles opportunités d’inscriptions groupées vers l’Angleterre -à toutes périodes- et vers les USA -lors des petites vacances. Et bien-sûr plus nous compterons d’adhérents et plus nous aurons de poids pour réduire le coût des séjours.

3/ En s’inscrivant directement auprès de prestataires à l’étranger

C’est un autre axe que nous avons choisi de développer: nous sélectionnons des prestataires sur place (principalement en Angleterre à ce stade) pour la qualité de leurs programmes, en privilégiant la diversité des formules proposées et les meilleurs tarifs. Vous choisissez celui qui vous convient le mieux puis vous inscrivez en direct, profitant ainsi de prix imbattables puisque sans organisme intermédiaire.

Mon ado n’est pas partant, que faire ?

L’adhésion du jeune est primordiale: on peut inciter son enfant à partir, mais il ne faut pas le forcer. Sans motivation, les effets seront minimes voire contre-productifs.

Si votre ado est réfractaire, mettez le en contact avec des jeunes qui sont eux-mêmes partis (nous pouvons vous y aider grâce à notre réseau d’adhérents) et venez rencontrer les organismes lors des salons et forums : les professionnels ont l’habitude, et à l’écoute de leurs conseils votre enfant aura peut-être un déclic ou un coup de cœur sur une proposition.

Pensez également que tous les jeunes ne sont pas prêts d’emblée pour l’immersion totale: si quelques-uns sont parfois capables de partir 10 mois à l’étranger dès 14 ans, la majorité d’entre eux aura besoin d’y aller étape par étape. Communiquer en anglais ne doit pas être vécu comme un pensum, à fortiori en période de vacances. Alors si l’envie première est de partir avec d’autres français, en résidence et avec un copain alors : « Go ! » ; il y aura assurément des bénéfices, y compris linguistiques. Les premiers séjours permettent souvent de “mettre le pied à l’étrier”, de gagner en confiance et de prendre goût à la langue. Le palier suivant sera ensuite possible : l’immersion totale -qui reste le meilleur gage de progrès- et pourquoi pas le projet de partir un trimestre, un semestre ou même une année entière, pour un bilinguisme garanti au retour.

Les familles en Angleterre jouent-elles le jeu d’un vrai accueil ?

Les familles sont sélectionnées par les partenaires sur place. Il peut s’agir de couples actifs avec ou sans enfants, de retraités ou de personnes seules; sans qu’aucun profil ne garantisse à priori un meilleur accueil qu’un autre.

Ces familles sont toutes indemnisées en Irlande et en Grande Bretagne, au contraire de l’Australie, la Nouvelle Zélande et les États-Unis où elles sont le plus souvent bénévoles.

Il est vrai que certaines familles anglaises (dans de grandes villes notamment) ne donnent pas toujours entière satisfaction, sans doute plus motivées par le rendement lucratif que par l’envie d’accueillir chaleureusement leur hôte, ce qui engendre une méfiance légitime de la part des parents. Pour autant, il reste de très nombreuses familles défrayées qui souhaitent réellement s’impliquer dans leur accueil avec générosité et chaleur humaine, et nous en avons heureusement la preuve au travers de nos séjours sélectionnés en Angleterre. Les organismes sérieux sont attentifs à cette question; il leur appartient de garantir que les familles qui n’auraient pas été à la hauteur des attentes ne puissent plus faire partie de leurs programmes.
C’est un point sur lequel notre association est très vigilante dans le cadre des partenariats proposés.

Y a t-il un âge minimum ? ...et des bons plans pour les parents, ... les grands parents ?

On peut partir en séjour linguistique de 7 à 77 ans ! 

 

1/ Pour les plus jeunes on conseillera de premières expériences qui soient ludiques et divertissantes, en limitant dans un premier temps l’éloignement géographique.

L’objectif sera de donner vie à l’anglais auquel ils sont initiés en classe, et surtout de donner goût à cette langue qui sera alors perçue comme réellement « vivante » au contact de locuteurs natifs.

Privilégier de courts séjours pour commencer, et de préférence ni seul ni en famille d’accueil: un « mini stay » avec d’autres enfants de son âge, quelques jours en résidence et pas trop loin de chez soi. C’est par exemple ce que nous proposons l’été à Gomené en Bretagne aux jeunes de 9 et 10 ans, avec des animateurs anglophones.

Une aventure plus dépaysante sera ensuite possible : sortir du cocon familial pour vivre en collectivité un séjour rempli d’activités, sur une durée plus longue et cette fois de l’autre côté de la Manche. Une première expérience d’ouverture culturelle où la langue sera  cette fois vécue en contexte authentique. Quelques cours d’anglais pourront agrémenter le séjour, basés sur une pédagogie ludique faisant une part belle à l’oral. C’est ce que nous proposons sur l’Île de Wight en camp de vacances l’été, à destination des 10/12 ans.

A savoir : ces premières étapes ne sont pas indispensables à un séjour linguistique programmé ensuite à l’âge collège ou lycée – les 1ers départs se faisant généralement entre 12 et 14 ans- mais si l’enfant est partant et suffisamment autonome, et que le budget des parents le permet, ces premières aventures linguistiques le mettront en confiance et le prépareront à de futures immersions.

 

2/ Une autre idée qui pourra permettre d’associer les plus jeunes aux plaisirs des découvertes culturelles et linguistiques : le séjour en famille.

Certains organismes commencent à le proposer, vers différentes destinations et généralement en écoles de langue : tous les membres de la famille (ou bien les enfants seulement) prennent des cours d’anglais le matin -chacun dans son groupe de niveau- tandis que les après midis sont dédiés à la détente : activités et visites partagées en famille, ou bien temps libre pour les parents (ou grands parents ) pendant que les enfants profitent du programme établi par l’école au contact d’autres jeunes de leur âge. L‘hébergement sera lui aussi à la carte : en famille d’accueil, en appartement ou à l’hôtel, et permettra des soirées agréablement passées ensemble.

Notre avis : c’est une excellente idée !

Pour en limiter le coût, privilégier une réservation directe auprès de l’école de langue sur place -et nous avons d’excellentes adresses à vous conseiller.

Et pour agrémenter son séjour d’une météo ensoleillée à coup sûr, opter pour une destination au soleil : pourquoi pas Malte ou même …l’Espagne, où nous avons un bon plan sur la côte andalouse: un « English summer camp » destiné aux juniors (si, si, on peut apprendre l’anglais en Espagne!) .

 

3/ On peut aussi partir à l’étranger sans enfants et se perfectionner ou se remettre à l’anglais en compagnie d’autres adultes, seul, en couple ou entre amis, et ce à tout âge.

Certaines écoles proposent en effet des formules « Club 50 », ou « Seniors » », pour tous les convaincus de l’adage japonais selon lequel “on commence à vieillir quand on finit d’apprendre”!

Ces séjours semblent avoir le vent en poupe et cela se comprend; ils ont l’avantage de mixer cours d’anglais avec un programme d’activités culturelles très riche: des sorties à thème (œnologie ou gastronomie par ex) et des balades & excursions touristiques, pour être sûrs de profiter pleinement de la région choisie.

On peut ainsi avoir envie de découvrir les charmes de l’Irlande, de vivre à l’heure anglaise ou bien de miser sur une destination soleil comme Malte.

Bon à savoir : d’autres formules -plus onéreuses- peuvent s’avérer pertinentes pour un séjour adulte : le « OTO » (= en face à face avec un prof chez lequel on est hébergé et qui dispensera des cours sur mesure) ou le TTO (= même formule mais en partant à deux).

Quelles solutions après le bac?

Outre les parents de collégiens et lycéens, de plus en plus d’étudiants nous sollicitent également pour des conseils sur la mobilité internationale. Il existe en effet un vaste panel de possibilités pour partir après 17 ou 18 ans : stages et jobs, chantiers internationaux, bénévolat & volontariat, études, formules au pair…

Pour une mine d’informations sur ces sujets, nous recommandons un site fort bien fait par le Centre d’Information Jeunesse Bretagne: www.enroutepourlemonde.org, qui regorge de conseils utiles dans de nombreux domaines, y compris: les hébergements, les dispositifs d’aides et ressources d’informations, la législation et les formalités (santé, visas…), ainsi que les accompagnements possibles (CV, candidature…). On y trouvera aussi de nombreux liens utiles et de bonnes adresses en Bretagne, avec notamment des infos sur les programmes ERASMUS, et surtout des témoignages de jeunes à foison pour trouver des idées et/ou affiner son projet de voyage.

En complément, nous avons d’excellentes pistes à vous proposer via des organismes en France ou à l’étranger, pour trouver par exemple une école de langue à l’étranger, un job à Londres, un stage en Angleterre, un séjour au pair, ou bien partir une année en Australie grâce au WWOOFING ou au WHV (“working holiday visa”), ou bien encore aux Etats-Unis en “Community College” … Tout dépendra du projet et du budget de chacun. N’hésitez pas à nous contacter pour en discuter; nous pourrons également vous mettre en lien avec des étudiants ayant testé ces programmes.

Vivre l'anglais © 2019. Tous les droits sont réservés. SIRET : 82168325700017